Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

28 septembre 2015 1 28 /09 /septembre /2015 15:34

A l'annonce de la décision du juge, je suis restée calme, j'ai continué à travailler, j'ai senti la boule au ventre grossir, ensuite Julien a appelé et là j'ai craqué, sanglots et compagnie. J'ai fait les 100 pas dans une salle server en essayant de me reprendre, à écouter Julien qui me répétait "ça va aller, on va déménager, Oscar va bien, ça va aller, Oscar va bien etc..."

J'ai fini par me calmer du moins extérieurement. Pendant les jours qui ont suivi, je n'ai pas dormi, je culpabilisais, j'avais vraiment du mal me préparer pour arriver à ce résultat. Je suis retournée chez ma psy car je ne parvenais pas à donner du sens à la décision, j'avais l'impression d'avoir fait défaut à mon fils.

Elle m'a expliqué que le juge avait tranché pour minimiser le conflit de couple et je me suis battue pour le bien-être de l'enfant. j'ai recommencé à respirer un peu. J'ai parlé à mon avocat, elle n'était pas partante pour un appel. j'ai replongé. Nous avons convenu de nous revoir (l'avocat et moi) quelques jours plus tard. Pendant ce temps, j'ai cogité, si on me reproche d'être locataire et indépendante ,je vais acheter une maison et trouver un job d'employe, je vais essayer de...et de recommencer des recherches tous azimut.

Finalement, j'ai vu mon avocat. Il s'est renseigné auprès de ses collègues et ce tribunal applique à chaque cas la même formule, garde partagée et saucisonnée. Nous avons repassé les éléments et nous avons décidé de faire appel, parce qu'on ne comprend pas, parce que je ne me pardonnerai pas de ne pas tout essayer pour obtenir ce que je pense être ce qu'il y a de mieux pour mon fils et non je ne parviens pas à balayer tous les témoignages effrayants que j'ai lu sur l'impact d'une garde alternée saucisonnée à cet âge (la californie a fait marche arrière, en France, une petition des spécialistes de la jeunesse circule pour supprimer la garde alternée).

Bref, here I go again.

Parfois, je me dis que je deviens hystérique, que c'est de l'orgueil, que je ne supporte pas de perdre et puis, je me rappelle que non, qu'il serait plus simple de ne pas se battre, d'accepter, d'imposer un rythme fou aux enfants, de faire une depression ou que sais-je, que mon confort, je m'en fous, mais celui de mon fils, vaut le coup que j'essaie encore une fois.

Evidemment pour la sérénité avant l'accouchement, je vais devoir repasser...

Partager cet article

Repost 0
Published by sophie
commenter cet article

commentaires

Articles Récents