Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

3 septembre 2015 4 03 /09 /septembre /2015 09:44

Cela a commencé par le poste d'une de mes anciennes copines d'Unif. Olivia s'était rendue au Parc Maximilien pour donner un peu de matériel et un peu de réconfort aux migrants qui campent devant le ministère. J'ai été touchée par son récit sans fard, sans fausse bonne volonté, sans chercher à se donner bonne conscience.

Quelques heures plus tard, la photo, celle que l'on n'oubliera jamais (comme celle du gosse et du vautour, de la petite fille le dos plein de Napalm etc...). Ce gosse ressemblait tellement à Oscar. Je me suis dit que comme lui, il avait certainement une maman qui l'aime et qui avait fait de son mieux pour le protéger. Et j'ai décidé de faire un petit pas.

J'avais regardé le site du Cire mais je ne me reconnaissais pas, je ne veux pas donner d'argent (trop d'histoires moches de détournement), et les produits demandés (graines, matériel scolaire etc...) n'étaient pas disponibles à la maison.

Mais sur le site que renseignait Olivia, on parlait de couvertures, de vêtements pour homme, de sodas, de nourriture qui se mange sans rechauffer et sans couverts, des vêtements de pluie,de produits pour l'hygiène. Et tout ça, nous avions. Il était 21h quand j'ai annoncé mon plan à Julien. On a cherché des grands sacs, on a trouvé 5 ou 6 couvertures (elles ne sentaient pas toute la fraicheur soupline mais on s'est dit que dans la situation, on préfèrerait ne pas avoir froid sous une couverture qu'attendre deux jours pour du soupline), 3 K-ways, quelques vêtements pour homme, une brosse à dents, du dentifrice, du savon, des serviettes hygiéniques...des biscuits, du chocolat, du coca et du schweppes.

Et nous sommes partis pour le Parc Maximilien (59. chaussée d'Anvers à 1000 Bruxelles). Nous avons parcouru 6.5km, entre notre quartier bourge et le "camp' des réfugiés et tout un univers qui change.

Sur place, des tentes, quelques hommes qui marchent, un camion de médecins du monde, c'est calme. Je reste dans la voiture, je suis mal à l'aise avec mon gros ventre. Julien va parler aux gens, il n'y a pas d'endroit pour donner, alors il a installé nos sacs sur le trottoir. Un petit groupe s'est formé et chacun a pris calmement ce qui l'intéressait. ça ressemblait plus à des amis qui se partagent un gateau qu'à un premier jour de solde, selon le principe du "si tu en as besoin, prends-le".

Julien m'a expliqué que ce qui avait eu le plus de succès, c'était:

- la brosse à dent

- la nourriture, les paquets de biscuits ont eu beaucoup de succès.

Les servittes hygiéniques ont provoqué le rire et un peu d'embarras (il n'y avait aucune femme) mais elles ont trouvé preneur, comme tout le reste.

Ils ont demandé si nous avions apporté des chaussures, nous n'en avions pas et effectivement, j'ai pu constater que la plupart d'entre eux étaient en sandales.

Nous y retournerons samedi, avec des chaussures et des chaussettes.

Je n'ai pas bonne conscience et je sais que ce n'est qu'un tout petit geste, je m'en veux de ne pas être capable de faire plus mais j'ai pu passer ma nuit d'insomnie à me dire que au moins, une ou deux personnes ont eu un peu moins froid la nuit passée, un battement d'aile de papillon, j'espère...

Partager cet article

Repost 0
Published by sophie
commenter cet article

commentaires

Articles Récents